OFFICIAL BULLETINOF THE EXPOSITION of 1889 SUBSCRIPTIONS FOR THE DURATION OF THE EXPOSITIONParis and Departments.......................... 20 fr.Overseas, the transportation add. Printed in the exhibition in the Galerie des Machines, under the eyes of public(CLASS 58) Classifieds.................................................... the line3 fr.Advertisements..................................................... ---- 5 "Various facts................................................ ---- 10 " Classifieds are received at the offices of the Journal, and London,Seymour M. Wade, Blomfield House, London Wall. The unit : 15 Cents. . Special Edition. Offices : 16, Avenue de La Bourdonnais (CHAMP DE MARS), and inside the exposition, at the Official Gazette Pavilion(near the General Directorate of Operations).

The Galerie des Machines

The Galerie des Machines
Vue intérieure du palais des machines en plein préparatif

La construction

The Galerie des Machines
Pile de fondation de la Galerie des Machines (Photo Pierre Petit)
C'est le 21 décembre 1887 dernier qu'ont été achevées les maçonneries des grandes piles du Palais des machines. Le premier coup de pioche des fouilles avait été donné le 15 juillet 1887. En six mois, ce travail considérable des fondations a été terminé. On a pu craindre un moment que les gelées ne vinssent interrompre les maçonneries, ce qui aurait pu retarder le levage des fermes : aujourd'hui, toute crainte a disparu. Les dernières fouilles viennent d'être remblayées, et cette partie du Champ de Mars, si bouleversée naguère, a repris sa physionomie primitive. Lorsqu'on traverse ce chantier où viennent de s'installer les charpentiers qui vont dresser les échafaudages, rien n'indique à première vue l'importance considérable des travaux exécutés dans le sol; nous n'avons pas voulu les laisser disparaître sous les remblais sans en donner un spécimen. Notre photographie représente donc une des grandes piles ou culées en maçonnerie, destinées à recevoir les sabots eu fonte d'où s'élanceront les arcs en fer de 115 mètres de portée qui formeront l'ossature géante du Palais. Cette ossature, se composant de vingt grandes fermes, exige quarante points d'appui, vingt du côté des galeries des Industries diverses, et vingt du côté de l'Ecole Militaire.
Bulletin Officiel hebdomadaire numéro 60 de l'exposition de 1889 du samedi 7 Janvier 1888.

Le chantier du Palais des Machines est en pleine activité. De tous les côtés, on assemble et on rive entre elles les pièces détachées qui doivent composer les grandes fermes de 110 mètres. On sait que la construction des vingt grandes fermes a été répartie en deux lots : l'un, du côté de l'avenue de La Bourdonnais, est échu à la Compagnie de Fives-Lille; l'autre, du côté de l'avenue de Suffren, à la Compagnie Cail. Les procédés employés par les deux sociétés pour lever les fermes sont complètement différents.

The Galerie des Machines
Echafaudage de la Galerie des Machines pour le montage des fermes (Photo Pierre Petit)
La Compagnie de rives-Lille mettra en place de grandes pièces métalliques assemblées à pied d'oeuvre : la Compagnie Cail, au contraire, opérera par petits fragments assemblés à leur place définitive. Le dessin, donnera l'idée à nos lecteurs de ce que sont les trois immenses échafaudages du Palais des Machines ; le pylône central a plus de 60 mètres, c'est-à-dire à peu près la hauteur des tours de Notre-Dame.
De chaque côté des échafaudages latéraux, se dressent déjà les amorces des fermes; entre les échafaudages, sur le sol, on distingue les énormes pièces métalliques qui seront élevées à 50 mètres et s'appuieront sur la toiture inclinée, en forme de grandes marches, et seront reliées aux tronçons verticaux. Ces pièces, qui paraissent colossales, couchées sur le sol, auront l'aspect le plus léger à 50 mètres de hauteur. Dans une quinzaine de jours. la première ferme sera montée ; les trois échafaudages se déplaceront alors sur des galets, car, malgré leurs dimensions considérables, ces énormes charpentes pourront rouler sans grands efforts, cédant ainsi la place à chaque ferme levée ; ces fermes sont au nombre de dix pour Fives-Lille les dix autres, du côté de Grenelle, sont l'oeuvre de la maison Cali, qui emploiera, pour le montage, des échafaudages d'un seul tenant.
Bulletin Officiel hebdomadaire numéro 73 de l'exposition de 1889 du samedi 7 Avril 1888.

La mise en lumière

The Galerie des Machines
Vue intérieure de la Galerie des Machines

La soirée de samedi comptera dans les annales de l'Exposition; on attendait impatiemment l'ouverture des grandes galeries le soir et leur éclairage à la lumière électrique. Cette inauguration a en lieu avec un plein succès; il n'y avait qu'une voix pour admirer le Dôme central, la ,galerie de 30 mètres et la Galerie des Machines.

The mental math game The Numbers Machine Free
C'est magnifique ! c'est superbe! c'est féerique ! On n'entendait que des exclamations de ce genre. Le fait est que le spectacle dépasse tout ce qu'on peut imaginer : le Palais des Machines, notamment, avec la courbure hardie de sa colossale nef et ses superbes verrières, paraît plus vaste encore par l'étincellement des mille feux qui l'inondent. Une centaine d'arcs voltaïques, disposés dans toutes les allées, et quatre lustres de douze arcs, espacés dans la longueur de l'allée centrale, jettent un éclat sans pareil sur tous les détails de la puissante ossature de fer du Palais; au centre, le phare tournant, dont les rayons se promènent alternativement sur les machines en mouvement, sur les roues colossales, sur les métiers agiles, sur les effrayants engins en activité, augmente encore la féerie de cette illumination générale. Le réussite de l'éclairage électrique du Palais des Machines dépasse toutes les prévisions. C'est un succès sans précédent et bien digne des efforts faits pour le réaliser, et qui fait oublier promptement les quelques jours de retard qui ont abouti à un si beau résultat. Voilà donc les portes de l'Exposition tout entières ouvertes à deux battants tous les soirs; dans une quinzaine, les galeries des industries diverses et les sections étrangères seront, elles éclairées à la lumière électrique, et tout le monde, voudra voir le soir cette exhibition unique d'un palais enchanté, plus vaste qu'une ville entière.

Les générateurs et les machines motrices

Les générateurs de vapeur s'étendent sur un rectangle de 30 mètres de largeur et de 850 mètres de longueur, parallèlement à l'école militaire, entre le Palais des Machines et l'avenue Lamotte-Piquet.

The Galerie des Machines
Plan du palais des machines
Ils doivent évaporer 49.600 litres d'eau par minute au minimum et fournir 5.500 chevaux-vapeur.
Veut-on des chiffres qui permettent de se faire une idée de la valeur de ce simple renseignement! En voici :
Les machines motrices sont au nombre de trente-deux, fournies par trente et un exposants. La vapeur est fournie gratuitement aux propriétaires de ces machines.
Le traité passe avec l'administration porte que les machines pourront donner une force égale à deux mille trois cent soixante chevaux-vapeur; deux cent trente-cinq chevaux environ sont fournis en plus sous conditions, ce qui porte à près de deux mille six cents chevaux la force motrice disponible sur les arbres de couche du Palais des Machines.
La puissance maximale que les trente-deux machines seraient susceptibles de développer est donc supérieure à celle pour laquelle il a été traité, puisque, comme nous l'avons dit plus haut, elles pourraient être appelées à fournir cinq mille cinq cent chevaux-vapeur.
La transmission principale du mouvement comprend quatre lignes d'arbres allant d'un bout à l'autre du Palais des Machines et ayant une longueur totale de 1.359 mètres 56 centimètres.
Outre cette transmission principale, on a installé dans différentes classes de la galerie des transmissions de moindre importance.

Georges Robert
Bulletin Officiel numéro 8 de l'exposition de 1889 du mardi 21 mai 1889.

L'escalier

The Galerie des Machines
La rampe en fer forgé du vestibule du palais des machines

L'art de manier le fer et d'en tirer tout le parti possible au point de vue de la décoration architecturale a trouvé des applications variées dans les divers palais de l'Exposition universelle.
A côté des ajustements très intéressants des fers du commerce constituant l'ossature des édifices, on rencontre de nombreux exemples de cet art très ancien, mais toujours beau, du fer forgé.
M. Dutert, l'architecte du palais des Machines, a voulu lui aussi donner à l'entrée du monument, dans le magnifique et si gracieux vestibule qui fait suite à la galerie de trente mètres, un exemple de cet art qui peut être considéré comme le précurseur des grandes constructions métalliques.
c'est la belle rampe qui conduit au premier étage du palais, dans la composition de laquelle il a donné libre cours à sa fantaisie d'artiste.
La rampe, un chef-d'œuvre de l'art du fer forgé, a été, exécutée par M. Maison, constructeur aux Riceys (Aube), consiste en une suite de panneaux s'appliquant sur le limon de l'escalier. Ces panneaux Ce composent de larges rinceaux avec fleurs et amortissements en bronze ciselé ; les panneaux droits des paliers portent des cartouches également en bronze. On petit citer comme le morceau le plus remarquable de ce beau travail le départ de la marche palière du rez-de-chaussée.
Les enroulements des volutes des fers sortent tous d'un tronc soutenant un écusson d'un très beau style et viennent s'épanouir dans une sorte de floraison métallique sur les pilastres des candélabres électriques.
Malgré la difficulté du travail, l'exécution le l'oeuvre est des plus soignées et digne en tout point du palais dont elle décore l'entrée, et par l'ampleur de sa conception et par l'irréprochable exécution qui en font un chef-d'œuvre qui honore la classe 133 à laquelle il appartient.

Les auteurs

Ferdinand Dutert
Monsieur Dutert
Victor Contamin
Monsieur Contamin
Nous reproduisons les portraits de MM. Dutert et Contamin, les lauréats du prix Osiris, les auteurs du Palais des Machines.
L'opinion publique qui a souvent beaucoup de bon sens a réuni les deux noms Dutert et Contamin, Contamin et Dutert lorsqu'elle admirait cette merveilleuse nef.
Elle n'a pas voulu chercher quelle pouvait bien être la part respective de chacun, elle pensait qu'ils se complétaient l'un l'autre, que la mise en commun de leurs efforts, de leur science, de leur haute valeur, de leur patience avait pu seule accomplir ce prodigieux travail.
L'architecte ne pouvait pas se passer de l'ingénieur, et l'ingénieur ne pouvait pas se passer de l'architecte. Cette association de deux hommes considérables, sous la direction d'un maître comme M. Alphand, a produit le Palais des Machines.
Je voudrais m'arrêter là, mais la curiosité a été si vivement excitée par notre grande Exposition qu'on a voulu connaître l'histoire anecdotique de toutes ces merveilles.
Je ne crois pas commettre une indiscrétion en disant que M. Dutert avait apporté un premier plan dans lequel une série de fermes occupait l'espace de la grande nef, mais qu'en étudiant ces plans, il lui vint à l'idée de supprimer ces fermes pour les remplacer par une ferme unique; l'idée était heureuse, elle était hardie, elle était même audacieuse. M. Contamin, qui a dirige avec une si grande autorité toutes les constructions métalliques, fut séduit par ce projet d'une ferme de 110 mètres de portée; il avait une préoccupation, c'est que les dépenses ne fussent très considérables.
The Galerie des Machines
Premier étage de la Galerie des Machines (avant installation des vitrines)
M. Alphand, qui connait bien son Champ de Mars et surtout les bouleversements de terrain nécessités par les expositions antérieures, craignait qu'avec plusieurs fermes les fondations fussent assez laborieuses dans ces terres tant de fois remuées. Il voyait un avantage considérable dans la ferme unique qui simplifiait singulièrement le travail des fondations.
La grande nef conquit tous les suffrages et on pouvait être assuré qu'avec deux hommes comme MM. Dutert et Contamin, ces projets qui étaient ébauchés sur le papier deviendraient une réalité.
J'ai eu l'occasion à cette époque d'entrer dans le cabinet de M. Dutert et dans le cabinet de M. Contamin, je ne crois pas que, dans le public, on se rende un compte exact de la somme de travail que l'élaboration du palais des Machines a exigée. M. Dutert avait mis une sorte de passion fiévreuse à faire ses plans tandis que M. Contamin, avec la collaboration de J. Charton et de Pierrot, étudiait jour et nuit les moyens de résoudre un des problèmes les plus ardus et les plus complexes.
J'avoue que j'admirais la patience de ces deux hommes qui travaillaient avec une opiniâtreté persévérante, ne laissant deviner à personne leurs préoccupations, ne se laissant pas rebuter par les difficultés, se gardant bien de faire parade de leurs efforts, donnant l'exemple bien rare de leur modestie et de leur désintéressement.
Ils n'ont pas fait de bruit autour de leur projet; ils n'ont pas informé le public de leurs espérances, ils venaient à leur cabinet chaque jour pour reprendre leurs études que la fatigue seule interrompait. Quand on a levé là première ferme du Palais des Machines au Champ de Mars on ne se doutait guère dans le public qu'un des plus beaux problèmes avait été résolu.
The Galerie des Machines
Les fondations de la Galerie des Machines
Mais nous étions là, nous les fidèles de l'Exposition, nous qui avons assisté à sa naissance ; et je n'oublierai jamais l'émotion que nous avons éprouvée quand nous avons vu se dresser dans les airs le colossal arc métallique. Nous ne pouvions pas croire qu'il pourrait se tenir debout, et quand nous apercevions sur la courbure un petit point noir qui était un ouvrier, nous étions remplis de respectueuse sollicitude pour le modeste travailleur dont le monde entier devait plus tard admirer l'habileté et la hardiesse ; et quand le Palais des Machines fut terminé, ce fut un cri de triomphe parmi ceux qui, dès le début, n'avaient cessé de manifester leur confiance dans le génie français.

Bulletin Officiel numéro 163 de l'exposition de 1889 du samedi 26 Octobre 1889.

Quelques chiffres

The Galerie des Machines
Entrée de la Galerie des Machines
Hauteur 48,324 mètres
Largeur 115 mètres
Longueur 420 mètres
Machine motrice 32 machines
Surface environ 8 hectares
Puissance maximum pouvant être généré par les motrices 5.500 chevaux vapeurs

Defeat Professor Barberac's machine thanks to your mental arithmetic!
Compete against other players in battles of calculation!
ANDROID APP ON
Rating on Google Play : 4/5
Google+
Tweet
The Eiffel Tower Barnabé Barberac